Les controverses migratoires : sciences, médias et politiques

Un séminaire international organisé par la Société Démographique Francophone de Belgique (SDFB) et l'Institut de Gestion de l'Environnement et d'Aménagement du Territoire (IGEAT, ULB).

L’afflux élevé des demandeurs d’asile au sein de l'Union européenne au cours de l'année 2015, en provenance très majoritairement d'Etats déstabilisés ou en guerre, a ravivé dans la communication médiatique et politique, comme sur les réseaux sociaux, une représentation angoissée et angoissante des migrations internationales et de leurs effets sur les pays d'accueil…

L’afflux élevé des demandeurs d’asile au sein de l'Union européenne au cours de l'année 2015, en provenance très majoritairement d'Etats déstabilisés ou en guerre, a ravivé dans la communication médiatique et politique, comme sur les réseaux sociaux, une représentation angoissée et angoissante des migrations internationales et de leurs effets sur les pays d'accueil : les immigrés seraient en trop grand nombre et menaceraient les conditions d'existence des autochtones, en prenant leur travail, en dégradant les conditions d'emploi, en bénéficiant de façon indue de l'aide sociale, quand ce n'est pas en perpétrant des attentats. La persistance d'une telle représentation et l'influence décisive qu'elle exerce sur les politiques publiques en matière de migration et d'asile est d'autant plus troublante qu'elle repose sur un assemblage de contrevérités que les chercheurs en sciences sociales comme le secteur associatif ne cessent de démonter, en s'appuyant sur des analyses robustes de données statistiques ayant fait l'objet d'un examen critique attentif.

Comment expliquer une telle déconnexion entre les faits et les représentations ? En quoi les difficultés de la recherche scientifique sur les migrations internationales (qualité variable des données, sophistication statistique des analyses, caractère disparate et peu synthétisé du savoir produit) contribuent-elles à cette situation ? Quels rôles jouent les médias et les autres canaux de production et de diffusion de l'information à propos des migrations ? Que peuvent faire le monde universitaire, les journalistes, le secteur associatif et les organismes publics en charge de l'information sur les migrations pour résorber ce flagrant hiatus ? Autant de questions auxquels tentera de répondre le panel interdisciplinaire et intersectoriel d'orateurs réunis pour ce séminaire international sur les controverses migratoires.